lundi 26 septembre 2016

Caractère d’amour


Nous naissons avec un caractère d’amour dans nos cœurs, qui se développe à mesure que l’esprit se perfectionne, et qui nous porte à aimer ce qui nous paraît beau, sans que l’on nous ait jamais dit ce que c’est. Qui doute après cela si nous sommes au monde pour autre chose que pour aimer ? En effet, on a beau se cacher, l’on aime toujours. Dans les choses mêmes d’où il semble que l’on ait séparé l’amour, il s’y trouve secrètement et en cachette, et il n’est pas possible que l’homme puisse vivre un moment sans cela.

Blaise Pascal, Discours sur les passions de l'amour

vendredi 23 septembre 2016

Mourir encore

S'il faut mourir encore, je vous dirais, ma dame, que j'y suis prêt. Car je sais que vous vous pencherez sur moi pour toucher mon cœur et y planter une rose. L'homme est passant mais la fleur confine, dans son éclosion, à l'éternité vive.

mardi 20 septembre 2016

Soleils révolus

Et moi pour la juger que suis-je
Pauvres bonheurs pauvres vertiges
Il s'est tant perdu de prodiges
Que je ne m'y reconnais plus
Rencontres Partances hâtives
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent
Comme des soleils révolus.


Aragon

dimanche 18 septembre 2016

Septembre

La cloche sonne
mes souliers neufs
prennent le rang
ta jupe est plus courte
derrière ton bureau
des parcelles d'été
Septembre...

Au pied du mur
je trace ton nom
la cloche sonne
allez saute
mon seul devoir
te cueillir
Septembre...

Cygne blanc

vendredi 16 septembre 2016

Au-delà de demain

Paris sous le soleil : la vie est ouverte derrière le voile argenté des larmes. Au-delà de demain, l'immensité... Seras-Tu au rendez-vous ?

jeudi 15 septembre 2016

Le virus du bonheur


J’ai attrapé le virus du Bonheur la nuit dernière
Quand j’étais dehors à chanter sous les étoiles.
Il est remarquablement contagieux –
Alors embrasse-moi.


Hafiz de Shiraz, traduction en anglais de David Landisky (ma traduction en français)

mercredi 14 septembre 2016

Substance inaltérable


Rencontrer quelqu'un, le rencontrer vraiment - et non simplement bavarder comme si personne ne devait mourir un jour -, est une chose infiniment rare. La substance inaltérable de l'amour est l'intelligence partagée de la vie. 

Christian Bobin

mardi 13 septembre 2016

Rondeur de la vie

La terre est ronde et ainsi est mon cœur. Je t'ai perdue et ce n'est pas en revenant sur mes pas que je te retrouverai, car tu n'es déjà plus là où je t'ai laissée. Je ne te reviendrai enfin qu'en faisant le tour du monde pour le déposer à tes pieds, tel un écrin offert à ton sourire...

La terre est ronde et ainsi est mon cœur. Tout rond. Entier et indivisible.

lundi 12 septembre 2016

Paix après la bataille

Elle est terrible, la paix après la bataille, quand il ne reste plus que ruines fumantes et cadavres épars. Le fracas des armes s'est tu, les blessés se sont endormis et les survivants se regardent, hébétés. Elle est terrible, la paix après la bataille, quand le soleil se lève sur le désastre de la nuit. Les rêves meurent en silence tandis que demain n'est pas encore né.

dimanche 11 septembre 2016

samedi 10 septembre 2016

Croisée des chemins

À la croisée des chemins de mon coeur, il n'y a aucune panneau indicateur...

J'embrasse fougueusement l'existence sur la bouche et je l'invite pour une danse : quoi que je fasse, tu resteras toujours une inconnue pour moi, n'est-ce pas ? Alors, donne-moi la main et marchons ! À la vie comme à la mort, il nous faut aller maintenant comme les guerriers de jadis allaient à la bataille : sans ciller, avec une conscience aiguë de la beauté de l'instant, et libres de tout espoir d'en revenir. 

Hokahey ! C'est un beau jour pour mourir...

vendredi 9 septembre 2016

Transition

Sur un quai de gare à regarder s'éloigner l'avenir, ma vue se brouille et mes yeux se mouillent. Je reste avec mon passé mort dans les bras, comme un poids d'amour qui nécessairement ressuscitera. Que de choses se disent en silence !

jeudi 8 septembre 2016

Ce temps où tu m'aimas

Ce temps où tu m'aimas, je le sais s'en ira
Il sera remplacé par une époque bleue
et sur le même os sera une autre peau,
ce seront d'autres yeux qui verront le printemps.

J'ai cru mourir, et j'ai senti le froid de près,
de ce que j'ai vécu je ne laissais que toi
ta bouche était mon jour et ma nuit de la terre
et ta peau le pays fondé par mes baisers.
Pablo Neruda

mercredi 7 septembre 2016

Couché sur le dos

Je suis couché
sur le dos dans mon lit.
J'écris ces mots
au plafond
avec les deux petits marteaux
de mes yeux
Mais les accents
s'envolent comme des mouches et
les mots retombent
sur moi
lettre par lettre
syllabe par syllabe
et soudainement je suis couvert
de mon poème
brisé.
Mes pieds dépassent
au bout
comme un cadavre.

Patrice Desbiens

mardi 6 septembre 2016

Entre deux mondes

Petit matin blême d'aéroport, je me tiens sur un fil entre deux mondes. Dans l'interstice, au-delà de l'obscurité : des étincelles d'or, rieuses !

dimanche 4 septembre 2016

Âne en voyage

L'âne Jaya part en voyage. Les posts se feront plus rares pendant quelques temps, au gré de mes rencontres et des accès à Internet...

samedi 3 septembre 2016

Réveiller les étoiles

Car c'est être poète que regarder la vie et la mort en face, et réveiller les étoiles dans le néant des cœurs.

Christian Bobin

vendredi 2 septembre 2016

La toile de l'existence


Nous sommes comme l'araignée.
Nous tissons notre vie et
ensuite nous nous mouvons en elle.
Nous sommes comme le rêveur
qui rêve et ensuite
vit dans le rêve.
Cela est vrai pour
l'univers entier.

Les Upanishads 

jeudi 1 septembre 2016

Laurence

Je crie ton nom
Laurence
sur le grand fleuve
de bleu
de blanc
de chair d'errance

je chante ton nom
blanche Laurence
de la rive bleue
à l'estuaire de tes hanches

le fleuve danse
le bateau passe. 

Cygne blanc

mercredi 31 août 2016

mardi 30 août 2016

Chute libre

La mauvaise nouvelle est que... vous êtes en train de tomber dans l'Espace sans rien à quoi vous raccrocher.


 La bonne nouvelle, c'est qu'il n'y a pas de sol.

Chogyam Trungpa

lundi 29 août 2016

Éros en errance

J'ai l'amour vagabond qui toujours te revient. Il ne te perd jamais de vue, mais cela, toi, tu ne veux bien sûr pas l'entendre. Tu as fini d'attendre mon éros en errance, je le comprends bien. Il me reste seulement toutes mes larmes à pleurer et cet éros qui, féroce, m'ouvre le chemin en me menant par le bout du nez.

dimanche 28 août 2016

Laisse être


It's all the same in the end anyway
       it's all in there
       it's up to you to look for it.
Don't ask, just be.
       Let it be - whatever be.
It's all the same in the end anyway.

Ravi Shankar

C'est du pareil au même au bout du compte
       tout est là
       cela t'appartient de le chercher.
 Ne demande rien, simplement soit.
       Laisse être - quoi que ce soit.
C'est du pareil au même au bout du compte.

Ma traduction

vendredi 26 août 2016

Paradoxes

There are those sleeping who are awake
and others awake who are sound asleep.

Some of those bathing in sacred pools
will never get clean.

And there are others
doing household chores
who are free of any action.

Il y a ceux qui dorment debout

et d'autres qui sont éveillés en étant profondément endormis.
 
Certains de ceux qui se baignent dans les piscines sacrées

ne seront jamais propres.
 

Et il y en a d'autres
occupés à des tâches ménagères
qui sont libres de toute action.

Lalla, Naked songs - adaptation Coleman Barks, ma traduction de l'anglais

jeudi 25 août 2016

C'est la vie

Ivre sans avoir bu un verre, je te vois toujours double.

L'une en toi bénit la terre en arrosant les fleurs avec l'eau puisée à la profondeur cachée du temps. L'autre marche dans le ciel comme un soleil avec un sourire flamboyant devant lequel je dois baisser les yeux. L'une porte le feu sacré au cœur de la nuit pour la féconder. L'autre pétrit la glaise noire de mon âme en enfantant mes rêves.

Les deux que vous êtes participent inexorablement à l'alchimie qui me fait jour après nuit, nuit après jour. Complices sans le savoir, vous me reconduisez sans trêve au centre de la croix où je subis un délicieux supplice tandis que dans un souffle de vent se réunissent le haut et le bas, le vertical et l'horizontal.  C'est la vie, dit-Elle en se moquant gentiment de moi...

mercredi 24 août 2016

Toute ma vie


Quelqu’un m’a demandé mon âge, après avoir vu la vieillesse grisonner sur mes tempes et les boucles de mon front. Je lui ai répondu : une heure. Car en vérité je ne compte pour rien le temps que j’ai par ailleurs vécu.

Il m’a dit : "Que dites-vous là ? Expliquez-vous. Voilà bien la chose la plus émouvante."

Je dis alors : 

"Un jour, par surprise, j’ai donné un baiser, un baiser furtif, à celle qui tient mon cœur. Si nombreux que doivent être mes jours, je ne compterai que ce court instant, car il a été vraiment tout ma vie."

Majnun

mardi 23 août 2016

Coeur à surprise

Mon cœur, comme un hortensia bleu entre mes mains, semble parfois sur le bord d'exploser. Tu t'agites en dedans. Tu cherches à en sortir. Comme une boite à surprise, il s'ouvrira un des ces jours et un chant très doux en jaillira, avec un arc-en-ciel dans lequel tu seras toute entière, vêtue de lumière et cependant nue à mes yeux.

lundi 22 août 2016

Quand l’amour vous fait signe

Alors Almitra leva la tête et regarda le peuple.

Un silence tomba sur eux.

Et d’une voix forte, il dit :

Quand l’amour vous fait signe, suivez-le, bien que ses voies soient dures et escarpées.

Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui, bien que l’épée cachée dans son pennage puisse vous blesser.

Et lorsqu’il vous parle, croyez en lui, malgré que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord saccage vos jardins.
Car de même que l’amour vous couronne, il doit vous crucifier.

De même qu’il est pour votre croissance il est aussi pour votre élagage.

De même qu’il s’élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus légères qui tremblent dans le soleil.

Ainsi pénétrera-t-il jusqu’à vos racines et secouera dans leur attachement à la terre.

Comme des gerbes de blé …

Il vous emporte,
Il vous bat pour vous mettre à nu,
Il vous tamise pour vous libérer de votre bale,
Il vous broie jusqu’à la blancheur,
Il vous pétrit jusqu’à ce que vous soyez souples.

Et alors … il vous livre à son feu pour que vous puissiez devenir le pain sacré du festin de Dieu.

Toutes ces choses, l’amour vous les fera pour que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur et devenir, en cette connaissance, un fragment du cœur de la Vie.

Mais si dans votre peur, vous ne recherchez que la paix et le plaisir de l’amour, alors il vaut mieux couvrir votre nudité et sortir de l’aire de l’amour.

Pour vous rendre dans le monde sans saisons ...

Où vous rirez, mais non pas … tous vos rires,
Et pleurerez, mais non pas … toutes vos larmes.

L’amour ne donne que de lui-même et ne prend que de lui-même.

L’amour ne possède pas et ne veut pas être possédé. Car l’amour suffit à l’amour.

Et ne pensez pas que vous pouvez guider le cours de l’amour. Car l’amour, s’il vous trouve digne, dirigera votre cours.

L’amour n’a point d’autre désir que de s’accomplir.

Mais si vous aimez et devez avoir des désirs qu’ils soient ceux-ci :

Se fondre et être un ruisseau coulant qui chante sa mélodie à la nuit,

Connaître la douleur de trop de tendresse,

Être blessé par sa propre intelligence de l’amour

Et saigner volontiers et joyeusement,

Se réveiller à l’aurore avec un cœur ailé et rendre grâce pour une autre journée d’amour;

Se reposer à l’heure de midi et méditer sur l’extase de l’amour;
Rentrer en sa demeure au crépuscule avec gratitude.

Et alors dormir … avec en son cœur … une prière pour le bien-aimé, et sur les lèvres … un chant de louange.
Khalil Gibran - le prophète.


dimanche 21 août 2016

Fête de la Liberté spirituelle

Dans ma religion personnelle, le 21 août est la Fête de la Liberté Spirituelle. C'est un jour où je jeûne en silence, je prie et je médite, en mémoire d'un gamin qui est parti sur la route spirituelle il y a 35 ans désormais, avec reconnaissance pour une rencontre qui lui a alors ouvert le cœur et l'esprit. Je rends hommage par là aux merveilleux hippies des années 60, dont je suis un des nombreux descendants, qui ont été les premiers dans notre modernité occidentale à se retourner vers l'intérieur, à apprendre la méditation, à rechercher la jonction entre l'Orient et l'Occident, à chercher comment manifester l'amour et la paix dans un monde en proie à la folie. Ils ont semé du rêve et de la lumière, tant et tant que nous n'aurons jamais fini de récolter. Merci ! 


La "tradition hippie" que j'ai rencontrée inversait le signe du Peace & Love comme une façon d'affirmer la prééminence du Féminin sur le Masculin (mais non de la femme sur l'homme, considérés comme également humains), symbolisée ici par le symbole du yoni au-dessus du lingam.






samedi 20 août 2016

Réveille-toi !

Ô friend, awake, and sleep no more! The night is over and gone, would you lose your day also? You have slept for unumbered ages; this morning will you not awake?

Kabir, traduction Rabindranath Tagore

Mon ami, réveille-toi, et ne dors plus ! La nuit est finie et partie, vas-tu perdre ta journée aussi ? Tu as dormi pendant des âges innombrables; ce matin, ne vas-tu pas te réveiller ?

Ma traduction de l'anglais